DOMAINE LES JEANNETERRES Julien & Henri Deveyer

Le vignoble

Le vignoble se répartit sur de petites parcelles : de très anciennes vignes et des vignes récemment replantées.

Il est constitué des cépages : syrah, carignan, grenache, cinsault et vermentino.

Nous avons de très vieux carignans que nous vinifions seuls lorsque l’année s’y prête et de vieux grenaches.

Le Minervois que nous vinifions chaque année -notre plus grosse production- contient en assemblage 50% de syrah et environ 25% de grenache et 25% de carignan.

Notre très vieille emblématique vigne de Cinsault perdue au cœur du Causse, vigne dite du cerisier à cause de l’énorme cerisier reproduit sur les bouteilles qui trône en son milieu, nous donne environ 2000 cols de cinsault rouge que nous apprécions à l’unisson de nos clients. Nous avons, en effet, choisi de vinifier cette vigne seule, sans assemblage et en rouge.

En 2007, nous avons planté un hectare de grenache au coin de la D12 et du chemin de Mousse face aux maisons de Calamiac.

En 2008, nous avons planté, comme raisin blanc, du vermentino, un cépage d’origine sarde, sur un magnifique cône du lieu-dit « l’Enfer ». L’endroit, sur la route de Mousse, bien que sur un chemin de randonnée est isolé.

L’on peut y travailler une journée entière sans y voir ni homme, ni bête, si ce n’est y entendre le coucou et le rossignol. A la tombée du jour, le coucher de soleil inondant de mauve le causse est une expérience à nulle autre pareille dont on ne se lasse jamais.

Il faut du romantisme et de la force de caractère tels qu’en possède Julien pour y travailler de longues journées seul face à la rudesse de la nature -chaleur, froid, vent, pluie(rare)- et à la grandiloquence du paysage. La parcelle est bordée de cyprès reproduits sur la bouteille et le nom de la cuvée « Les dorures de l’enfer » vient de la couleur des grappes bien dorées fin août/début septembre et du lieu « l’enfer ».

En 2012, nous avons participé à un plan d’aménagement foncier d’un vignoble vitrine paysager piloté sur la commune de La Livinière.

Dans ce cadre, en 2014, nous avons réaménagé et planté une petite parcelle de syrah au lieu-dit La Galine et nous avons pu acheter 2 parcelles de chaque côté de la vigne du cinsault, parcelles réhabilitées grâce au plan.

En 2016, nous avons planté une parcelle en cinsault et nous planterons l’autre parcelle en 2018.

Enfin, en 2016, Julien a racheté une vieille vigne de Carignan dans les Combes.

Nous exploitons aussi 2 hectares de vignes familiales sur la commune de Cenne-Monestiès dans l’Aude où nous résidons. Nous apportons chardonnay, cabernet-franc, ainsi que merlot et cinsault à la Cave Coopérative La Voie Romaine et du Cabardès. Cependant, en 2011, nous avons planté 35 ares de Pinot Noir vendangés à la main, mis en bouteilles qui sera commercialisé courant 2017.

Nos raisins sont cueillis à la main à maturité optimale. Ils sont transportés à la cave en cagettes avec le plus grand soin. La vendange se décide au jour le jour en fonction de la maturité des parcelles et l’on ne craint pas d’attendre loin dans l’automne.

Notre œnologue depuis nos débuts est Christian Lacassy des laboratoires Dejean.